fbpx

Votre panier est vide.

Les prix de l’or et la politique monétaire américaine

août 24, 2020 0 Comments

Le prix de l’or a atteint un sommet historique de 2 000 $ l’once au début d’août. Et alors que les économistes traditionnels ont considéré l’or comme secondaire depuis que le monde a abandonné l’étalon-or en 1971, cette récente augmentation des prix est un signal important.

Les raisons de l’augmentation des prix de l’or

Trois sujets peuvent êtres avancés afin d’expliquer la hausse du prix de l’or : la politique monétaire américaine, le risque et le désir croissant des investisseurs de trouver une valeur refuge alternative au dollar.

La Réserve fédérale américaine a assoupli sa politique monétaire de manière agressive depuis le début de la récession du coronavirus en mars. Certes, il y a actuellement peu de signes d’inflation – pendant des siècles, un motif majeur pour détenir de l’or. Mais la hausse des prix des biens n’est pas le seul signe d’une monnaie facile. Les faibles taux d’intérêt réels actuels, la dépréciation du dollar et les cours élevés des actions – sans parler de la taille du bilan de la Fed – reflètent tous l’orientation accommodante de la politique monétaire de la Fed.

Un taux d’intérêt réel bas est souvent associé à un prix réel élevé de l’or, à la fois en théorie et empiriquement. Après tout, l’argument de longue date selon lequel l’or ne paie pas d’intérêts est moins convaincant lorsque d’autres actifs génèrent également de faibles rendements.

La dernière décennie confirme la corrélation. Le prix de l’or était presque aussi élevé qu’il l’est maintenant en 2011-12, lors des deuxième et troisième cycles d’assouplissement quantitatif (QE) de la Fed. Il est ensuite tombé à 1 200 $ l’once pendant le «taper tantrum» qui a suivi l’annonce par le président de la Fed de l’époque, Ben Bernanke, en mai 2013, de son intention de mettre fin au QE.

Une autre raison séculaire d’investir dans l’or est de se couvrir contre le risque. En effet, bien que très variable, le prix de l’or a tendance à être relativement faiblement corrélé aux prix d’autres titres. Pour des raisons évidentes, les perceptions du risque ont été élevées depuis février, comme en témoignent les indices d’incertitude politique et le Vix (le Volatility Index, le soi-disant indice de peur). L’or est l’un des actifs refuges vers lequel fuient généralement les investisseurs averses au risque.

La hausse de l’or est possiblement une remise en question sur le statut du dollar américain. Bien que le dollar soit depuis longtemps la première monnaie refuge au monde, l’empressement croissant de nombreux investisseurs à diversifier leurs avoirs reflète en partie la militarisation du billet vert par Donald Trump, utilisant – ou abusant – de son statut de première monnaie de réserve internationale pour appliquer unilatéralement des sanctions extraterritoriales américaines. Un autre facteur probable est la perte de confiance généralisée dans la compétence de la gouvernance américaine, l’exemple le plus flagrant étant la mauvaise gestion de la pandémie de Covid-19 par Trump.

La fin de la prééminence du dollar a été déclarée prématurément à plusieurs reprises et aucun challenger évident n’est encore apparu. La deuxième monnaie la plus importante du monde, l’euro, est loin derrière le dollar en termes d’utilisation internationale. Pendant ce temps, le yuan chinois, annoncé comme un challenger potentiel il n’y a pas longtemps, n’est que cinquième, septième ou huitième du classement, selon le critère utilisé.

L’or n’est plus une monnaie mais rivalise avec le dollar en tant qu’actif de réserve international et a ainsi bénéficié de la volonté de diversification. De plus, la dépréciation du dollar depuis avril par rapport à l’euro et à la plupart des autres grandes devises explique en partie l’augmentation du prix de l’or en dollars.

Vers un retour de l’étalon-or ?

L’apogée de l’étalon-or international (sous lequel la plupart des principales devises étaient convertibles en or) s’est terminée en 1914, avec l’avènement de la première guerre mondiale. Mais l’accord a continué à jouer un rôle important jusqu’en août 1971, lorsque le président Nixon a surpris le monde en mettant brutalement fin à la convertibilité du dollar en or.

Aujourd’hui, cependant, l’étalon-or est plus qu’un intérêt antique. En janvier, Trump a nommé Judy Shelton – qui a fait sa réputation de défenseur de l’étalon-or teinté dans la laine – pour être l’une des sept gouverneurs de la Réserve fédérale. Le comité sénatorial des banques a voté en faveur de son approbation, le long des lignes de parti, le 21 juillet, et sa nomination pourrait faire l’objet d’un vote final dès septembre.

Les vues de Shelton vont au-delà de la nostalgie. «Revenons à l’étalon-or», écrivait-elle en février 2009. Elle est favorable à l’abolition du dollar fiduciaire comme monnaie légale.

Mais revenir à un système monétaire basé sur l’or est une idée terrible. Même si une inflation faible et stable était le seul objectif, l’étalon-or n’a pas fourni cela dans le passé. Entre 1873 et 1896, par exemple, le niveau général des prix a chuté de 53% aux États-Unis et de 45% au Royaume-Uni, en raison d’une pénurie de nouvelles découvertes d’or, qui ne s’est terminée qu’avec la ruée vers l’or du Klondike en 1896.

De plus, les économies réussissent mieux lorsque les banques centrales, en plus de rechercher la stabilité des prix, recherchent la stabilité financière et agissent pour stabiliser les revenus et l’emploi. La relance monétaire de la Fed en 2008-12, lorsque le chômage a atteint 9%, était donc la bonne politique. À l’inverse, le resserrement était approprié en 2016-2018, lorsque le chômage aux États-Unis est tombé en dessous de 4%.

Si la Fed avait plutôt suivi le marché de l’or, elle aurait resserré la politique monétaire en 2010, prolongeant la période de chômage élevé et assouplie la politique en 2018. La relance était à nouveau la bonne décision lorsque la récession du coronavirus a frappé – mais les vrais croyants en l’or prendraient le récent prix record comme signe que la Fed devrait resserrer sa politique de manière agressive.

Ensuite, il y a l’incohérence idéologique de Shelton. Dès que la perspective d’atteindre un poste élevé s’est présentée, elle a contredit sa philosophie de longue date pour dire ce que Trump voulait entendre – à savoir que la Fed devrait assouplir encore plus rapidement sa politique monétaire.

Si Shelton rejoignait le conseil d’administration de la Fed, ni le prix de l’or ni ce qui est bon pour l’économie ne déterminerait probablement son vote. Si le candidat démocrate à la présidentielle, Joe Biden, gagnait en novembre, elle renouerait presque certainement avec l’or et redécouvrirait le besoin urgent de resserrer la politique – même si l’économie est encore très faible. Mais si Trump est réélu, elle votera probablement pour doubler la relance monétaire actuelle, même si l’inflation reprend.

Nous nous sommes habitués au toadyisme et au copinage sous Trump, du ministère de la Justice au service postal américain. Jusqu’à présent, la Fed a été heureusement libérée de ces fléaux – mais peut-être pas pour plus longtemps.

Résumé
Les prix de l'or et la politique monétaire américaine
Titre de l'article
Les prix de l'or et la politique monétaire américaine
Description
Le prix de l'or a atteint un sommet historique de 2 000 $ l'once au début d'août. Cette récente augmentation des prix est un signal important alors que les économistes traditionnels ont considéré l'or comme secondaire depuis que le monde a abandonné l'étalon-or en 1971.
Auteur
Editeur
Abacor - Achat Or & Vente Or et Argent - Change
Logo de l'éditeur
Nos agences de change et d'achat or sont ouvertes pendant toute la durée du confinement.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation et de mesurer l'audience.
OK
Call Now Button