Pourquoi les banques centrales achètent de l’or ?

L’or est un élément essentiel des réserves financières des nations depuis des siècles, et son attrait ne montre aucun signe de diminution. En 2022, les banques centrales devraient êtres à nouveau des acheteurs nets d’or. Elles détiennent actuellement plus de 35 000 tonnes métriques de métal jaune, soit environ un cinquième de tout l’or jamais extrait. Mais qu’y a-t-il dans l’or qui en a fait un atout si important depuis si longtemps ? Pourquoi dépenser tout cet argent en or et pourquoi les banques centrales achètent-t-elle de l’or ?

Acheter de l’or renforce les réserves de change

L’un des principaux rôles de l’or pour les banques centrales est de diversifier leurs réserves de change. Comme l’or ne comporte aucun risque de crédit ou de contrepartie, il constitue une source de confiance dans un pays et dans tous les environnements économiques, ce qui en fait l’un des actifs de réserve les plus cruciaux au monde, aux côtés des obligations d’État.

La relation inverse de l’or avec le dollar américain, un autre actif de réserve majeur, est un élément supplémentaire à son attrait. Lorsque le dollar baisse, l’or monte généralement, permettant aux banques centrales de protéger leurs réserves en période de volatilité des marchés.

La Chine possède la plus grande réserve de change au monde, mais seulement 1,8% de celle-ci est en or. Comparez ce chiffre avec le fait que 73% des réserves de change américaines sont en or. La Chine a beaucoup d’or à acheter si elle veut suivre le rythme. Cela peut surprendre les historiens de l’économie qui se souviennent comment Nixon a rompu le lien direct de l’or avec le dollar américain il y a près de cinq décennies. Alors pourquoi est-ce que 20% de l’or jamais extrait est entre les mains des réserves centrales ?

La possession d’or assure la stabilité et la croissance

Les banques centrales achètent de l’or parce qu’elles ont la responsabilité première de promouvoir une croissance économique stable. Le potentiel d’excès de marché signifie que les banques centrales doivent être en mesure d’appliquer des mesures monétaires pour maintenir des marchés forts, mais pas trop forts. La capacité d’acheter et de vendre de l’or aide les banques centrales à contrôler la croissance du marché.

Cela explique pourquoi les gouvernements chinois et russe ont fortement investi dans le métal. Leurs économies en développement sont particulièrement exposées aux excès du marché libre. Posséder de l’or empêche ces excès et d’entraîner complètement la monnaie et de nuire à l’industrie.

Les banques sont responsables des devises de leurs pays, mais celles-ci peuvent être sujettes à des fluctuations de valeur en fonction de la force ou de la faiblesse perçue de l’économie sous-jacente. En cas de besoin, les banques peuvent être obligées d’imprimer plus d’argent, car les taux d’intérêt, le levier traditionnel du contrôle monétaire, sont restés proches de zéro pendant plus d’une décennie.

Cette augmentation de la masse monétaire peut être nécessaire pour éviter les turbulences économiques, mais au prix d’une dévaluation de la monnaie.

Les banques centrales achètent de l’or pour se protéger de l’inflation

Généralement, les banques centrales achètent de l’or et d’autres métaux précieux pour éviter les risques de change. Il s’agit d’une stratégie éprouvée qui s’apparente à la raison pour laquelle vous possédez des métaux précieux. C’est la même raison pour laquelle un simple citoyen achèterait de l’or.

« L’absence de tout risque de crédit est une qualité intrinsèque de l’or », comme le décrit Hervé Hannoun, directeur de la Banque de France.

J.P. Morgan était connu pour faire des commentaires similaires. En termes simples, le pouvoir d’achat de l’or a tendance à agir comme une couverture contre un dollar qui s’affaiblit ou toute autre monnaie fiduciaire. L’or est une marchandise physique finie dont l’offre ne peut pas être facilement ajoutée. En tant que tel, l’or est une couverture contre l’inflation.

L’or contre le dollar

Depuis plusieurs années, plusieurs pays ce sont donner comme mission de se dédollariser, c’est-à-dire de diminuer fortement la part du dollar américain dans les réserves de change. Le but est de ne plus être sous l’influence des États-Unis, moins dépendre de la politique monétaire et d’éviter la pression liée à la possibilité des sanctions américaines.

Dans cet optique de dédollarisation, des pays comme la Russie et la Chine remplacent les dollars américains par de l’or majoritairement. D’ailleurs, la Russie possède désormais plus d’or dans ses réserves de change que de dollars. Les avoirs américains ne représentent plus que 2 % des réserves russes alors qu’en 2018, ils en représentaient 40 % !

achat or banques centrales 2010-2021

De plus en plus de banques centrales achètent de l’or

Le profil des banques centrales qui achètent de l’or a changé. Les puissances économiques traditionnelles telles que les États-Unis, l’Allemagne, la France et l’Italie n’achètent plus d’or, conservant les importantes réserves d’or qu’elles détenaient déjà. Les États-Unis possèdent le plus d’or, avec plus de 8 100 tonnes, ce qui équivaut à près de 78 % de ses réserves de change totales. C’est plus du double des avoirs de l’Allemagne de plus de 3 300 tonnes, ce qui la place en deuxième position sur la liste et équivaut à environ 74 % de ses réserves.

Des économies émergentes telles que la Russie, la Chine, la Turquie et l’Inde ont pris le pas et les ont remplacé en tant qu’acheteurs d’or. Mais bien que les quatre pays aient acheté des quantités substantielles d’or au cours de la dernière décennie, ils sont toujours bien en retard sur leurs homologues occidentaux. En effet, l’or ne représente que 22 % des réserves de la Russie, tandis que les avoirs de la Chine d’un peu moins de 2 000 tonnes ne représentent que 3 %.

Plus récemment, la Pologne et la Hongrie, membres de l’Union européenne, ont régulièrement augmenté leurs avoirs en or. La déclaration publiée par la banque centrale hongroise au moment de son achat en mars, qui a triplé ses avoirs totaux en or à 94,5 tonnes, a donné un aperçu de la pertinence moderne de l’actif ainsi que de son attrait durable. Il a déclaré que la gestion des «nouveaux risques découlant de la pandémie de coronavirus» a joué un rôle clé dans la décision de la banque, tandis que «l’apparition de pics mondiaux de dettes publiques ou de problèmes d’inflation augmentent encore l’importance de l’or dans la stratégie nationale en tant qu’actif refuge» et comme réserve de valeur.

L’or, LA valeur refuge

Ainsi, alors que l’origine des achats d’or par les banques centrales peut avoir changé au fil des ans, les raisons de la détention de l’or ont peu changé. Cette stratégie tend à prouver qu’en cas de crise majeure, l’or est bel et bien la solution de repli des plus grands de ce monde. Car les banques centrales savent que l’or reste et restera la valeur refuge de premier choix.

Rate this post
01 48 04 76 06