fbpx

Votre panier est vide.

Pourquoi posséder de l’or a du sens pendant cette période d’incertitude

juillet 29, 2020 0 Comments

Bien que n’étant pas entièrement notre scénario de base, il y a des arguments à détenir de l’or dans l’environnement de marché actuel. Pour comprendre pourquoi, nous devons nous pencher sur l’histoire de la politique monétaire et de l’or au cours du siècle dernier et garder à l’esprit que l’or a tendance à bien se comporter pendant les périodes de politique monétaire expansionniste, un environnement inflationniste élevé et des corrections des marchés boursiers.

L’Or dans le système monétaire

Au départ, toutes les devises étaient adossées à l’or grâce à une forme de politique monétaire connue sous le nom d’étalon-or. Cependant, les exigences des deux guerres mondiales ont empêché de nombreux pays européens de se conformer aux exigences strictes de ce système. Pour alléger ce fardeau, le système de Bretton Woods a été introduit dans le cadre duquel toutes les devises du monde ont des taux de change ajustables (par décret gouvernemental) avec le dollar américain, tandis que seul le dollar était adossé à l’or, fixé à un prix de l’or de 35 $ l’once.

Cette position de privilège a permis aux États-Unis d’enregistrer d’énormes déficits commerciaux et budgétaires. Simultanément, les économies européennes dépréciaient leurs devises, rendant les États-Unis non compétitifs et conduisant de nombreux pays à se méfier du dollar (et par implication du gouvernement américain) et à exiger de l’or comme monnaie d’échange. Cela a mis à rude épreuve le fisc américain et, en 1971, le président de l’époque, Richard Nixon a annoncé un gel des prix de 90 jours et aucun échange physique de dollar contre de l’or. L’ère des monnaies fiduciaires telle que nous connaissons a commencé, les banques centrales ayant plus de pouvoir pour gérer les cycles économiques.

Le pouvoir limité des banques centrales face aux crises

Le pouvoir accru des banques centrales a abouti à la réaction de la Fed à la crise financière mondiale de 2008, lorsqu’elle s’est lancée dans un assouplissement quantitatif (Quantitative Easing ou QE), avec la promesse de le faire reculer une fois que l’économie serait suffisamment forte. En 2020, avec les confinement induits par la Covid-19, la Fed est obligée d’inverser la tendance à la réduction de la liquidité dans le système financier alors que le monde est maintenant dans une politique monétaire inconnue.

Les principes de QE empruntent à la théorie monétaire moderne (modern monetary theory ou MMT), une rupture radicale avec la théorie économique conventionnelle qui propose que, puisque les gouvernements contrôlent leurs propres devises, ils peuvent dépenser librement car ils peuvent toujours imprimer plus d’argent pour payer leur dette. Le MMT préconise d’utiliser les dépenses et les impôts du gouvernement, plutôt que les taux d’intérêt, pour gérer l’inflation et le chômage.

Bien que le MMT fournisse des détails sur la façon dont les finances publiques devraient être gérées, il manque de détails sur la façon dont le capital privé est lié à ce système ou sur la façon dont le gouvernement peut fournir à une économie capitaliste une quantité infinie de capital. Des signes avant-coureurs sont déjà apparus aux États-Unis – depuis le début du QE, nous avons assisté à une augmentation inquiétante des entreprises américaines «zombies» dont les coûts de service de la dette sont supérieurs à leurs bénéfices.

Le marché des actions déconnecté de la réalité

Nous avons également constaté une tendance à la sur-allocation du capital aux bonnes idées, le meilleur exemple étant Tesla. Bien qu’il produise des véhicules fantastiques et puisse avoir de grandes perspectives de croissance, il est difficile de justifier que Tesla ait la plus grande capitalisation boursière de tous les constructeurs automobiles mondiaux, alors que sa part de marché mondiale est inférieure à 1%.

Au cours des 20 dernières années, l’inflation a été remarquablement bien maîtrisée, étant donné que cela s’est produit pendant une croissance significative du PIB mondial et des taux d’intérêt sans précédent, deux facteurs qui, combinés, conduisent généralement à une inflation plus élevée. La mondialisation a été l’un des principaux moteurs du maintien d’une faible inflation depuis le début des années 2000, les entreprises réduisant leurs coûts en fabriquant dans des régions rentables.

Cependant, deux événements pourraient perturber cela: la montée des Trumponomics a politisé et militarisé des accords commerciaux autrefois sacrés, et les restrictions commerciales pendant la Covid-19 ont poussé de nombreuses entreprises à reconsidérer leur processus de décision en matière de chaîne d’approvisionnement. Plus récemment, de nombreuses équipes de direction ont déclaré que la sécurité de l’approvisionnement et la stabilité politique pourraient à l’avenir remplacer les coûts de fabrication. Ce changement de mentalité pourrait entraîner une inflation poussée par les coûts. Il y a eu très peu de preuves de cela en raison d’une demande mondiale extrêmement réduite.

Le récent rallye des marchés mondiaux a beaucoup dérouté – les marchés n’ont jamais étés autant déconnectés de la réalité économique et il est difficile de justifier les valorisations actuelles. Même si une reprise économique en forme de V se produit, les entreprises devront croître dans leurs valorisations, et nous ne serons pas surpris par une correction des marchés boursiers par rapport aux niveaux de valorisation étirés actuels. L’or est une bonne couverture contre de telles corrections, sur-performant le S&P dans 11 des 14 années où l’indice a affiché une année négative.

L’Or, la valeur refuge contre les incertitudes

Pendant les turbulences des marchés, l’or et le dollar américain sont considérés comme des valeurs refuges. Alors que la Covid-19 se propageait à l’échelle mondiale en mars, les investisseurs averses au risque ont tiré leur argent des actifs à risque vers des liquidités. Cependant, lorsque la Fed a abaissé les taux à 0%, il y avait moins d’incitation à détenir des liquidités en dollars, tandis que les rendements déjà faibles des obligations d’État américaines ont été poussés encore plus bas. Ceci, avec les incertitudes persistantes de Covid-19, a renforcé l’attrait de l’or comme valeur refuge.

L’or avait atteint il y a environ deux semaines des sommets records dans toutes les principales devises, à l’exception du dollar américain. Mais, comme prévu étant donné les inquiétudes concernant les politiques actuelles de la Fed et l’aggravation des tensions américano-chinoises, l’or a atteint de nouveaux sommets en dollar américain, franchissant le niveau de 1 900 $ / once le 24 juillet et s’échangeant au-dessus de 1 950 $ l’once cette semaine.

Alors que nous préconiserons toujours que les investisseurs s’abstiennent de sur-négocier et aient plutôt une vision à plus long terme des actifs composés de qualité, nous pensons que dans l’environnement actuel, il y a un cas réel à faire pour un actif tactique, l’allocation à l’or.

Résumé
Pourquoi posséder de l'or a du sens pendant cette période d'incertitude
Titre de l'article
Pourquoi posséder de l'or a du sens pendant cette période d'incertitude
Description
Il y a des arguments à détenir de l'or dans l'environnement de marché actuel et nous allons étudier le sujet pour comprendre pourquoi.
Auteur
Editeur
Abacor - Achat Or & Vente Or et Argent - Change
Logo de l'éditeur
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation et mesurer l'audience.
OK
Call Now Button
Precious Metals Data, Currency Data , Precious Metals Automated Product Pricing Powered by nFusion Solutions