Votre panier est vide.

Le Kintsugi, la Technique Japonaise pour Réparer avec de l’Or

Le Kintsugi technique japonaise pour réparer avec de l'or
janvier 14, 2022 0 Comments

Il y a quatre ou cinq siècles, une technique somptueuse a émergé au Japon pour restaurer les céramiques cassés. Les artisans japonais ont commencé à utiliser de la laque et des pigments d’or pour coller et recouvrir les fêlures. Découvrez la tradition du Kintsugi, que vous pouvez utiliser pour réparer et embellir un récipient fêlé ou cassé. Si vous pouvez facilement vendre vos bijoux en or avec Abacor pour les recycler, vous pourrez également donner une seconde vie à vos vases, assiettes, poteries et autres objets cassés et fabriquer quelque chose d’unique.

Qu’est-ce que le Kintsugi ?

Le Kintsugi est l’art japonais de réparer des pièces de poterie cassées avec de l’or. La traduction de kintsugi est «jointure en or» alors que kintsukuroi signifie «réparation en or». Cette technique de réparation japonaise permet de réparer et d’embellir des porcelaines ou céramiques brisées. L’idée est d’utiliser les défauts et les imperfections pour créer une œuvre d’art encore plus forte et plus belle. Chaque fissure est unique et au lieu de réparer un article comme neuf, la technique vieille de 400 ans met en évidence les « cicatrices » dans sa conception même.

Le Kintsugi, une philosophie

La philosophie du Kintsugi est de considérer la casse et la réparation comme faisant partie de l’histoire d’un objet, plutôt que comme quelque chose à masquer. Non seulement il n’y a aucune tentative de cacher les dégâts, mais la réparation avec l’or met littéralement en valeur les cicatrices pour les sublimer.

Le Kintsugi peut nous apprendre une leçon importante avec une métaphore. Parfois, en réparant des choses qui se sont cassées, nous créons en fait quelque chose de plus unique, beau et résistant. C’est une sorte d’expression physique de l’esprit de mushin. Mushin est souvent littéralement traduit par « sans esprit », mais porte des connotations d’exister pleinement dans le moment, de non-attachement, d’équanimité au milieu de conditions changeantes. Les vicissitudes de l’existence au fil du temps, dont tous les humains sont concernés, ne pourraient être plus claires que dans les cassures, les chocs et les éclatements auxquels la céramique est également soumise.

Histoire et Origines du Kintsugi

Tasses de thé Kintsugi
Tasses de thé Kintsugi

Ses origines sont incertaines, mais il est probable que la pratique du Kintsugi soit devenue courante au Japon entre la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle.

Ses débuts sont souvent associés à la célèbre histoire du shogun Ashikaga Yoshimasa au XVe siècle. Son antique bol chinois émaillé de céladon s’était brisé. L’histoire raconte qu’il a renvoyé le bol en Chine pour un remplacement. La pièce était si rare qu’il n’y en avait pas d’autre comme elle. Les chinois renvoyèrent le bol d’origine, réparé avec des agrafes métalliques (comme c’était l’usage en chine).

 

Nous pouvons en déduire que les réparations avec la technique du kintsugi n’étaient pas encore effectuées au 15ème siècle. Il est plus probable que la tradition japonaise ait commencé avec l’essor des bols à thé, des récipients utilisés dans les cérémonies du thé japonaises traditionnelles, qui ont prospéré au XVIe siècle.

La première apparition d’un objet décoré avec la méthode du Kintsugi concerne un guerrier japonais du XVIIe siècle qui était étroitement associé aux cérémonies de consommation de thé à la mode de son époque. Il a été accusé d’avoir influencé le marché des bols à thé. Il achetait des vieux bols très communs pour les casser et les restaurer avec la technique du Kintsugi pour lui rapporter beaucoup d’argent.

Cela semble indiquer qu’au début du XVIIe siècle, le Kintsugi était une technique de réparation couramment utilisée pour réparer et en même temps, décorer les céramiques pour le thé.

Un art des maîtres laqueurs

Les artisans réparaient ces bols à thé brisés, ainsi que d’autres récipients en céramique utilisés lors des cérémonies du thé. C’étaient des maîtres laqueurs japonais formés à diverses techniques de l’art de la laque. En plus du Kintsugi, leurs compétences peuvent inclure une technique pour peindre des fleurs et des paysages en or fin ou en argent sur des objets décoratifs, ainsi que pour les décors dans la fabrication de plateaux, de boîtes et d’autres motifs en laque.

Les étapes du Kintsugi

Les étapes de la réparation avec la jointure d’or

La méthode traditionnelle du kintsugi nécessite une laque japonaise connue sous le nom d’Urushi. Cette laque naturelle est fabriquée à partir de sève du Rhus vernicifera purifiée. Ce matériau est utilisé depuis environ 9 000 ans par les maîtres laqueurs japonais comme colle, mastic ou peinture.

Il existe plusieurs méthodes selon l’état de l’objet à réparer. Le première méthode et la plus courante est lorsque l’objet décoratif cassé est complet. Quand une partie est manquante, elle est entièrement comblée par la laque selon la méthode de Makienaoshi. La dernière méthode du Yobitsugi consiste à remplacer le morceau manquant par un autre provenant d’un objet distinct.

  1. Pour commencer, il faut recoller les pièces détachées. La laque est également utilisée comme mastic pour combler les trous où un fragment de porcelaine, de céramique, ou de faïence pourraient manquer. Cette étape est la plus difficile car une fois la laque sèche et les morceaux collés, on ne peut pas les enlever. Il faut donc mettre les pièces en place d’un seul coup, même s’il y a 20 pièces différentes.
  2. Ensuite, la laque doit sécher et durcir, processus qui peut prendre des semaines.
  3. Chaque relief est poncé pour que la surface de l’objet soit homogène.
  4. Enfin, le maître laqueur peint les coutures avec de l’or. Ce n’est en réalité que la surface qui est en or. Parfois, un objet peut avoir été réparée avec de l’argent à des fins esthétiques, mais l’or a longtemps été préféré car il ne ternit pas et est sans danger pour les aliments.
Technique du Kintsugi pour réparer les objets cassés
Technique du Kintsugi pour réparer les objets cassés

L’Influence du Kintsukuroi dans le monde d’aujourd’hui

L’engouement récent pour le kintsugi pourrait bien être dû à la ferveur continue pour la céramique. Mais la technique elle-même, traditionnellement pratiquée par les maîtres de la laque, bien qu’elle ait été adoptée par les céramistes des temps modernes, a suscité un intérêt tout à fait propre.

Au début, le kintsugi n’était qu’un moyen de réparation pratique, quoique magnifique. Depuis, le kintsugi a été adopté et adapté par de grands artistes contemporains avec un intérêt grandissant auprès des collectionneurs. De nos jours, on peut même retrouver le kintsugi dans l’art de la table avec de la vaisselle en porcelaine, des collections de bijoux s’en inspirant et des livres de bien-être qui utilisent le Kintsugi en tant que philosophie pour embrasser les défauts et les imperfections.

En fin de compte, la fascination moderne pour le kintsugi est peut-être principalement liée à ses associations avec la philosophie japonaise du wabi-sabi, un terme historique qui remonte au XVIe siècle et qui décrit la beauté des imperfections.

Résumé
Le Kintsugi, la Technique Japonaise pour Réparer avec de l'Or
Titre de l'article
Le Kintsugi, la Technique Japonaise pour Réparer avec de l'Or
Description
Comment réparer un pot ou à un vase cassé ? Découvrez le Kintsugi, une technique japonnaise pour recoller et embellir un objet cassé et le rendre unique !
Auteur
Editeur
Abacor
Logo de l'éditeur
En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez l’utilisation de cookies ou technologies similaires pour sécuriser votre connexion et faciliter votre navigation, pour permettre des propositions d'offres adaptées ainsi que l'élaboration de statistiques.
J'accepte