5 Francs Argent Louis-Philippe Tête Nue Sans le I

Métal Argent
Poids 25 g
Poids d’argent fin 22,5 g
Titre 900 / 1000
Diamètre 37 mm
Frappe 1830
Nombre de frappes 884.082
Période Louis-Philippe Ier

Description

de la pièce de 5 Francs Argent Louis-Philippe Tête Nue sans le I

 

Sur la pièce de 5 Francs Argent Louis-Philippe Tête Nue sans le I, le fameux « sans le I » n’est ni une erreur, ni un fauté, c’est une manifestation politique du directeur de la Monnaie de l’époque (directeur administratif et non directeur de l’atelier) qui paya cette impertinence de son poste. Légitimiste, il considérait que Louis-Philippe, fils de Philippe-Égalité, régicide et meurtrier de son cousin Louis XVI dont il vota la mort avant de passer à son tour sur l’échafaud, devait être banni de la succession. C’est le sens du « I » disparu : lieutenant-général du Royaume dans des circonstances particulières, peut-être, fondateur de dynastie, jamais. Bien évidemment, Louis-Philippe ne partageait pas ce point de vue, les coins furent rapidement retirés, modifiés et un concours monétaire fut lancé. A ce propos, on ne peut pas manquer de sourire en regardant l’affiche de ce concours : le I de Louis-Philippe dans le titre de l’affiche est pratiquement au double du reste de la ligne…
On peut pourtant être sûr que ces pièces n’ont pas été retirées de la circulation à ce moment car leur rareté relative n’est pas plus grande, à chiffres d’archives égaux, qu’une année comparable des frappes suivantes. On peut néanmoins penser que toute la production n’a pas été mise en circulation et surtout que ces pièces ont été massivement exportées en Algérie pour payer les soldes de l’invasion. Elles n’en sont presque pas revenues.

 

Avers : « LOUIS PHILIPPE  ROI DES FRANCAIS » – Tête nue de Louis-Philippe Ier à droite ; N. P. TIOLIER sur la tranche du cou.

Revers : « 5 FRANCS » en deux lignes, au-dessus du millésime entouré en 2 et 1 de la lettre d’atelier, du différent de Directeur et du différent de Graveur général, le tout dans une couronne nouée par un ruban à sa base, formée à gauche d’une branche de laurier et à droite d’une branche d’olivier.

Tranche : en creux ou en relief « DIEU PROTEGE LA FRANCE »

Graveur : Nicolas Pierre TIOLIER

Création : Ordonnance du 17 août 1830

Retrait : Loi du 25 juin 1928, démonétisée le 17 février 2005