L’histoire de l’Argent

 

L’argent en tant que Monnaie

L’Argent a été utilisé comme monnaie dans la plupart des civilisations au même titre que l’or. Jusqu’à l’instauration du système de l’Étalon-or à la fin du XIXe siècle en Occident, la plupart des pays européens ainsi que les États-Unis ou encore le Mexique fonctionnaient dans le cadre d’un régime monétaire appelé bimétallisme dans lequel une monnaie Or et une monnaie Argent circulaient conjointement.

Le bimétallisme a été accusé par les économistes de favoriser une certaine instabilité des cours de la monnaie et donc de provoquer une instabilité de l’économie. On parlera dans ce cadre de la fameuse loi de Gresham, du nom d’un commerçant et financier britannique du XVIe siècle, qui a démontré que la mauvaise monnaie avait tendance à chasser la bonne. Cela signifie que dans le cadre d’un système monétaire où deux étalons monétaires coexistent, l’un finit par chasser l’autre, en l’occurrence l’Or qui devient de ce fait rare et recherché. Cette concurrence entre les monnaies peut avoir un impact défavorable sur l’économie en favorisant la spéculation et en bouleversant la hiérarchie des prix.
L’abandon du bimétallisme n’a cependant pas sonné la fin de l’Argent en tant que monnaie.
Ainsi en France jusqu’aux années 1970, des pièces en Argent massif ont été frappées. Parmi celles-ci, on peut citer la célèbre pièce de 5 Francs sur laquelle figure en effigie la semeuse, une femme qui sème des grains de blé. Ces pièces font encore l’objet d’une cotation et donc peuvent servir de support d’investissement.

Par ailleurs, l’Argent en tant que métal précieux peut être utilisé pour placer ses liquidités. Le placement peut se faire sous forme de pièces, mais aussi de lingots ou encore de lingotins (lingots plus petits qu’un kilo). Le cours du lingot varie en fonction du cours de l’once d’Argent. L’Argent comme l’Or fait en effet l’objet d’une double cotation sur le marché de Londres et sur le marché New-yorkais. Dans les deux cas, les mouvements observés sont à la fois liés aux fondamentaux (demande de métaux précieux, volume de production, perspectives macro-économiques…), mais aussi à la spéculation. Il faut d’ailleurs le noter, les cours de l’Argent varient davantage que ceux de l’Or. On constate généralement que les cours de l’Argent amplifient les variations observées sur les cours de l’Or à la hausse comme à la baisse.