La démonétisation consiste à supprimer la valeur faciale d’un billet de banque ou d’une pièce de monnaie. C’est la fin de la possibilité d’échange de monnaies précédemment retirées. Ainsi, une fois démonétisés, ils ne peuvent plus servir à leur usage prévu et ne sont plus remboursés par la banque centrale émettrice.

Les causes de la démonétisation

L’opération de démonétisation est généralement organisée par les administrations publiques. Très difficile et délicate à appliquer, elle est souvent justifiée par l’obsolescence des systèmes de sécurité protégeant les billets de banque de la contrefaçon. Cependant, la démonétisation peut être justifiée par le passage à une autre devise.

La démonétisation contre la contrefaçon

Les banques centrales se doivent d’émettre des billets de banque qui sont protégés contre la contrefaçon. Au fil du temps, les techniques des contrefacteurs changent et les outils s’améliorent. Ainsi, les autorités responsables font appel à des professionnels afin d’améliorer les systèmes de sécurité des billets de banque pour garder une longueur d’avance.

Les billets de banque d’une nouvelle générations émis, l’autorité démonétise les anciens billets afin que les contrefaçons s’en inspirant ne soit plus utilisées.

Démonétiser pour passer à une autre devise

La seconde cause possible à la démonétisation est le passage à une autre devise. En prenant pour exemple l’Europe, dans laquelle plusieurs devises ont été remplacées lors du passage à l’euro. Ainsi, les 19 États membres ont du remplacer leur monnaie locale par la monnaie unique. Chacun à appliqué une politique différente de remboursement et d’échange de leur ancienne devise jusqu’à leur démonétisation définitive.

Par exemple, les billets de banque en francs ne sont plus utilisables pour les paiements depuis le 17 février 2002 et ne sont plus échangés par la Banque de France depuis le 17 février 2012. Ils sont alors démonétisés.

Nous pouvons aussi citer les pays touchés par l’hyperinflation. En Yougoslavie durant l’année 1994, connait une inflation de 1.000.000%. Le gouvernement lance alors un programme de réformes et met en circulation un « super-dinar » en démonétisant l’ancien. Le Vénézuéla à connu cette situation deux fois en lançant le «bolivar fort» et plus récemment le « bolivar souverain ».